LA CARAVANE DES MOTS- EDUC’AFRIQUE TOGO

Elle est une togolaise résidant en France mais lutte pour l’amélioration de l’éducation au Togo. Notre équipe s’est approchée d’elle pour en savoir plus.

Présentez-vous à nos lecteurs.

Je suis Ayélé GORAM, togolaise, résidant en France et Coordonnatrice de l’association LA CARAVANE DES MOTS fondée par le journaliste Kokou DZOKOTOE .

Parlez-nous un peu de l’Association «la caravane des mots»

LA CARAVANE DES MOTS est une association qui siège au Togo, dont le but est de promouvoir l’éducation. Elle est présidée par le journaliste Kokou DZOKOTOE, qui a vraiment envie de se mettre au service de l’éducation de son Pays. Je me suis donc associée à lui pour créer une association jumelle EDUC’AFRIQUE TOGO qui sera basée en France. L’idée est de pouvoir le soutenir et de faciliter la communication et les échanges entre la France et le Togo.

Comment comptez-vous planifier vos actions au Togo puisque votre association résulte en quelque sorte une fusion de deux associations?

LA CARAVANE DES MOTS est tout simplement une bibliothèque itinérante qui amène le livre aux enfants. En équipe, Monsieur DZOKOTOE sillonne les villages avec des livres et propose des ateliers de lecture et d’écriture. La Caravane est partenaire de « Mots Dits Mots Lus », une association culturelle en FRANCE et est soutenu par RFI. La Caravane des Mots – Educ’Afrique TOGO est une extension du projet avec quatre nouveaux pôles: la scolarisation, l’alphabétisation, l’apprentissage et la formation, le loisir. La scolarisation permet aux enfants les plus démunis d’aller à l’école sans interruption; l’alphabétisation donne aux jeunes femmes et femmes déjà installées dans leur foyer, la possibilité d’apprendre à lire et à écrire; l’apprentissage et la formation prépare à un métier et le loisir permet de développer des talents et de se détendre. Tout cela forme un ensemble éducatif et pédagogique.

Quels seront les objectifs de la caravane des mots-Educ’Afrique Togo ?

Eh bien, La caravane des mots-Educ’Afrique Togo est jumelle à La caravane des mots certes, mais en plus de promouvoir la lecture, sa mission de base, La Caravane Des Mots – Educ’Afrique TOGO entend créer une identité complète qui mettra l’accent sur les quatre pôles ci-dessus mentionnés et donc, de favoriser une Education accessible à tous. Ces objectifs, d’abord atteints au TOGO, pourraient bien s’étendre à toute l’Afrique, d’où le choix du nom « La Caravane Des Mots – Educ’Afrique TOGO ».

Avez-vous déjà mené des actions au TOGO?

Oui, avant l’association avec La caravane des mots, j’ai mené des actions isolées, à titre personnel. Lors d’un séjour de trois mois au TOGO, j’ai donné des cours d’alphabétisation et de Français à un public qui en avait besoin. J’ai aidé des personnes malades à avoir des soins médicaux urgents dont les frais étaient trop importants pour elles. J’ai également mis en place un système de financement qui a permis à des entrepreneurs, hommes et femmes, de développer leurs propres affaires et d’être professionnellement autonomes. Ce financement était à la hauteur de ce dont ces personnes avaient ponctuellement besoin pour commencer une activité et se mettre à leur propre compte.

Mais dites-nous, d’où vous vient cet intérêt pour l’éducation?

Je suis née au TOGO où j’ai vécu mon enfance. J’y ai commencé mon parcours scolaire (maternelle en 6ème) avant de rejoindre la France où j’ai continué mes études et obtenu mon BAC. J’ai ensuite intégré l’Université Paris 3 où une grave erreur d’orientation a provoqué un arrêt brutal de mes études. Un important échec pour moi. Cette douloureuse expérience et le déclic qu’avait provoqué mon changement de milieu scolaire m’ont dirigé vers le secteur social, éducatif et périscolaire. En effet, le changement de milieu scolaire dans mon enfance m’avait fait prendre conscience que la scolarisation au Togo et en Afrique était réservée aux privilégiés donc à une minorité de personnes.

De plus, après mon arrêt brutal des études dû à mon échec, j’ai enchainé plusieurs activités qui m’ont énormément formée. De bénévole puis animatrice de centre de loisirs, je suis passée à professionnelle de l’animation (théâtre, danse et contes), de la réussite éducative et de cours à domicile. J’ai ainsi acquis de solides compétences et occupé plusieurs postes de responsabilités dont directrice de centre de loisirs et formatrice de jeunes animateurs. Notez qu’en passant, j’ai repris mes études pour préparer un FLE (Français Langue Etrangère) et j’ai complété par cette formation deux ans de psychologie. Très tôt, au TOGO, où l’école est payante, j’ai pris conscience que l’instruction était réservée à ceux qui pouvaient payer. Dès lors, mon envie de « faire quelque chose » a toujours été très forte. J’ai peiné pour trouver une personne de confiance avant de rencontrer Kokou DZOKOTOE via la page de l’association éducative « Mots dits Mots lus » sur Facebook. Nos idées sont tellement en phase que s’en est irréel! Nous n’avons pas hésité à nous associer.

Quelles sont vos perspectives ?

Il s’agit là d’une belle question. Je dirais que nous voulons permettre et rendre accessible une meilleure éducation a tous. Nous voulons permettre aux personnes n’ayant aucune formation ou qualification, de se former efficacement pour subvenir correctement à leur besoin, à leur compte ou non. Nous souhaitons assurer un meilleur avenir aux jeunes filles en les sensibilisant et en leur permettant de faire des études ou des formations. Plus loin elles iront dans leurs études, plus d’indépendance elles acquerront et échapperont à une maternité et vie au foyer précoces. Nous voulons sincèrement que les états d’esprit changent, que les gens comprennent l’importance de l’éducation et de la scolarisation des enfants et surtout des jeunes filles.

Quel est votre plus grande aspiration ?

Il s’agit pour le moment d’une association qui assure un accompagnement et une prise en charge complète sur le plan éducatif et pédagogique, et nous voulons faire d’elle un institut.

Votre mot de fin

Un grand merci à l’équipe YEYE TECH qui nous a accordé cette interview par ma voix. Votre nom est très exotique; en mina si je ne me trompe pas cela veut dire « Technologie neuve » Je suis très heureuse de ce projet et je dirais qu’il ne faut pas avoir peur d’entreprendre quel que soit son âge et qu’il faut toujours garder à l’esprit ses rêves. Je remercie aussi chaleureusement Kokou DZOKOTOE de l’opportunité qu’il me donne de concrétiser mes idées pour l’Education au TOGO; c’est mutuel!

Merci à vous aussi Ayélé.

L’équipe YEYE TECH